top of page

BLOG  &  VLOG

Exercez votre discernement. Ne prenez rien de ce qui est écrit ici comme parole d'évangile.

Interrogez votre ressenti à propos de ce que vous lisez et faites vos propres expériences...

Une équinoxe de printemps loin d'être ordinaire...

Dernière mise à jour : 26 mars

Nous voici comme par enchantement dans un lieu rempli de Dragons, considéré (par les japonais qui connaissent la France) comme le "Mont-Saint-Michel" du Japon : Nikko Toshogu Shrine, Nikko-zan Rinno-ji Temple & Nikko Futarasan Jinja Shrine, des sanctuaires et temples très anciens et très en hauteur, qui ont accueilli les plus grands seigneurs Shoguns et Empereurs d’époques différentes dont ceux de la période d’Edo ou des Tokugawa (1603 - 1868) qui est une subdivision de l’histoire du Japon moderne, débutant par l’accession de Tokugawa Ieyasu au titre de shogun et se terminant par la restauration du pouvoir impérial. Le pays connaît une longue période de paix, gouverné depuis Edo (la future Tokyo) par la dynastie des Tokugawa. Sa politique isolationniste permet le développement d’une culture japonaise originale. Ici règne un mélange de Shintoïsme et Bouddhisme traditionnels aux influences architecturales chinoises...




Plus en détails...


Les sanctuaires et temples de Nikko forment un ensemble unique de pièces maîtresses et sacrées, composé de cent trois édifices religieux répartis dans deux sanctuaires shintoïstes (le Tôshôgû et le Futarasan-jinja) et un temple bouddhiste (le Rinnô-ji) situés dans un cadre naturel exceptionnel.


Le bien inscrit à l'UNESCO est situé dans la préfecture de Tochigi, dans la partie nord de la région japonaise du Kanto. Les édifices religieux, dont beaucoup ont été construits au XVIIe siècle, sont disposés sur les pentes de la montagne de manière à créer différents effets visuels. Les premiers bâtiments ont été construits sur les pentes des montagnes sacrées de Nikko par un moine bouddhiste au 8e siècle.


Aujourd'hui, ils témoignent d'une tradition séculaire de conservation et de restauration ainsi que de la préservation des pratiques religieuses liées à un site considéré comme sacré. Ils sont également étroitement associés à des chapitres marquants de l'histoire japonaise, notamment ceux liés à la figure symbolique du grand Shogun, Tokugawa Ieyasu (1543-1616).


Le caractère inhabituel du bien est le résultat d'une combinaison de valeurs anciennes très importantes : le bien de 50,8 hectares témoigne d'une longue tradition de culte, d'un très haut niveau de réalisation artistique et d'une alliance frappante entre l'architecture et le cadre naturel environnant, et il sert de dépositaire de la mémoire nationale.


D'un point de ressenti plus énergétique, ces lieux m'ont semblé chargés de vieilles énergies, d'éphémère car nous sommes manifestement bien passés à autre chose, fort ressenti de fondements de dogmes limitants, MAIS le Dragon, en esprit et dans l'éther, est très présent, imposant et doux à la fois, puissant car encore gardien des lieux avec d'autres Dévas des éléments... Le souci réside dans le fait qu'Il se sente encore piégé des magies humaines cherchant à retenir sa force pour s'en servir à des fins de pouvoir, mais le Dragon a finalement été libéré depuis cette époque...



Forêt de bambous, région d'Utsunomia, Toshigi, Japon.


Une légende chinoise raconte qu’à la mort de la reine "Bamboo", qui avait donné naissance à plus de mille rois, ses fils prirent ses cendres et, du haut de la plus haute montagne, les dispersèrent au gré du vent. Elles se transformèrent en graines, puis en bambous, devenus depuis symboles de la réincarnation. Cette plante a une telle importance sur le continent asiatique qu’il existe bien d’autres contes et légendes sur son origine. Et d’autres symboles.


Selon les traditions, elle représente « la fécondité infinie », « l’amitié et la joie » ou, en raison de sa rectitude sans égale, de la perfection de son élan vers le ciel et du vide de ses entre-nœuds, « les caractères et le but de la démarche intérieure » des bouddhistes.

"Je plie mais je ne romps pas..."


Il paraît que dans le monde il existe environ 1.200 espèces de bambous, appartenant toutes à la même famille que le riz, avec leur tige généralement ligneuse et creuse. La moitié se trouve au Japon où la surface des forêts de bambous occupe autour de 1% de l’ensemble des zones forestières. Ce chiffre s’applique tant au Japon qu’au reste du globe.


Les Japonais aiment les bambous, matériellement et esthétiquement. Et de toute évidence cette plante occupe une place considérable dans leur vie quotidienne, d'ailleurs, il est considéré comme l’une des quatre plantes sacrées avec le prunier, l’orchidée et le chrysanthème. Le bambou japonais est le 'Kikko Bamboo' dont la forme ressemble à la carapace de la tortue, il est souvent plus fin que ses cousins, mais tout aussi robuste.


Les Bambuseae forment un groupe de plus d’un milliers d’espèces appartenant à la famille des Poaceae, à ne pas confondre avec les petites « cannes chinoises », censées porter chance, les Dracaena sanderiana, originaires du Cameroun. Les véritables bambous sont de grandes plantes – ils peuvent atteindre plus de dix mètres – à la croissance extrêmement rapide et endémique.


Le conte de la princesse Kaguya écrit à l’ère Heian (794 ap.J.C. - 1185) est d’auteur inconnu mais Murasaki-shikibu, auteur du roman Genji qui est un monument littéraire universel, dit que ce conte est le plus ancien récit écrit au Japon.


Un jour un vieux coupeur de bambou trouve un tronc de bambou bien brillant. Quand il le coupe, il découvre à l’intérieur un tout petit bébé. Heureux de recueillir une très belle petite fille, lui et sa femme l’élèvent avec beaucoup d’attention. Par la suite, chaque fois qu’il coupera un bambou il y trouvera une pépite d’or. La petite fille grandit et devient une fille resplendissante. La rumeur de sa beauté s’étant répandue, cinq hommes nobles viennent la demander en mariage. Ne sachant comment refuser, la jeune fille exige que chacun d’eux réalise une tâche difficile, voire inhumaine. Même la demande de l’empereur sera refusée. Alors le vieux couple s’aperçoit que leur fille a l’air triste quand elle voie la pleine lune. En fait, elle vient de la lune et est destinée à y retourner. Et un soir de pleine lune, les demoiselles d’honneur de la Cour Céleste viennent la chercher pour la ramener sur la lune.


L’histoire serait très célèbre au Japon, elle a même été adaptée au cinéma et de nos jours, sous forme de manga et en vidéo.


Cette forêt de bambous, en région d'Utsunomia, Toshigi, au Japon est loin d'être ordinaire : https://en.wakayamafarm.com/




Avec le recul temporel, nous comprenons mieux les "ajustements du Dragon" (cette intuition m'a traversé l'esprit quand j'ai appris en janvier que le voyage à Bali sera reporté à plus tard) qui ont fait dévier notre route, nous qui devions être à Bali depuis début mars : https://www.facebook.com/groups/697214930639968/?multi_permalinks=2089549234739857&ref=share 


Après, ici au pays du Soleil levant, le Dragon fait trembler la Terre très régulièrement, en remuant ses écailles au moins une fois par semaine, mais ce matin, à Tokyo, nous avons eu droit à la secousse la plus forte parmi les quatres rapprochées vécues depuis notre arrivée, et on a entendu dire que mars serait le mois le plus sismique au Japon (à vérifier) !!


Depuis la nuit des temps, l'Homme explique les éruptions volcaniques et les tremblements de terre par une multitude de récits mettant en scène des forces surhumaines et des divinités toutes-puissantes.


Au Japon, c'est le Fuji-Yama, la montagne sacrée du shintoïsme, qui est célèbre. Il est le royaume de la déesse du Soleil, Amaterasu. Selon la légende répendue dans le shintoïsme, ce cône parfait est l'œuvre d'un géant. Voulant combler l'Océan Pacifique, il aurait travaillé toute la nuit pour remplir des sacs de terre et les vider dans l'océan. Au petit matin, il s'aperçut qu'il n'avait pas beaucoup avancé dans ses travaux et décida alors d'abandonner. Il versa son dernier chargement sur le Japon, y formant un tas : le Fuji-Yama.


Mais d'autres anciennes légendes japonaises évoquent la présence d’un Dragon géant qui porterait le Japon sur son dos et qui provoquerait des tremblements de terre à chaque fois qu’il se réveille, je n'était donc pas très loin en évoquant le Dragon et ses mouvements (cfr enseignements spirituels Michaéliques).


Le dragon fut parfois remplacé par un poisson-chat géant nommé Namazu. C’est justement cette image qui va être popularisée par le biais d’estampes pendant l’époque d’Edo (1603-1868). Selon la légende popularisée à l’époque d’Edo, un poisson-chat géant appelé Namazu 鯰 porte les différentes îles du Japon sur son échine. Il passe la plupart de son temps à dormir dans les profondeurs de la terre. Mais dès qu’il se réveille, il s’ébroue, ce qui provoque des tremblements de terre...



Dragons du Japon - mars 2024 - Sanctuaires de Nikko : Toshogu, Futarasan-jinja et Rinnoji.

Pourvu que le Dragon/Namazu reste clément durant la suite de notre séjour. Cet après-midi, nous nous enchanterons des cerisiers en fleur...


Bon temps d'équinoxe à toutes et tous, ici c'est Shunbun no Hi, la fête célébrant l'équinoxe de printemps. Cela fait partie d'une période de sept jours de festival appelée Haru no Higan...


With love from far away,

Laurent





Après le Mont Saint Michel, mais surtout lors de mon voyage au Japon en mars dernier, que j'ai pu reconnecter de manière particulière, régulière et plus intense avec les Dévas Dragons qui sont très présents énergétiquement dans ce magnifique pays du soleil levant, en Asie en général. J'ai alors ressenti l'impulsion forte et naturelle de les honorer à nouveau lors de cet atelier vibratoire proposé par le passé !


Cela sera donc pour cette année, à l'automne et lors de l'Equinoxe qui célèbre l'Archange Michael, principe de la Lumière, que se vivra cet atelier inédit en la Présence sacrée des Dévas de Lumière, sous la bénédiction des majestueux Dragons & de l'Archange du Feu Solaire...


Aussi, en cette période mouvementée de grande traversée où les ombres sont fortement révélées, où le taux vibratoire ne cesse de chuter et l'atmosphère s'alourdir d'incohérences mentales et d'énergies très lourdes, il me semble très important de prendre soin de nos énergies et de nous nettoyer vibratoirement, valeurs fondamentales pour notre santé et notre bien-être personnel et collectif, pour garder le cap de l'Ascension en cours et s'alléger, pour retrouver un Esprit clair et discerner en toute quiétude ce qui est juste et harmonieux pour soi, les Dévas de Lumière et les Dragons pouvant nous accompagner et nous protéger pour la suite...


Certaines énergies très lumineuses se proposent et n'attendent que de nous aider dans notre Ascension. Dès que nous décidons de faire appel à Elles, de leur ouvrir notre coeur/conscience et d'oeuvrer ensemble pour plus de Lumière en nos mondes intérieur et extérieur, elles opèrent de leur véritable Magie à travers nous, la puissance de l'Amour se manifeste alors...


17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page